Publié par : Jean | 8 février 2013

Conférence de Véronique Cayla, présidente d’Arte

2013-02-07 18.25.44Véronique Cayla, Présidente d’ARTE France présente ce soir dans l’amphithéâtre du CESI, bien rempli pour cette occasion, la chaine franco-allemande, ses enjeux et ses défis à l’heure du  50ème anniversaire du Traité Franco-allemand.

  La séance commence par un mot d’accueil de Christine Dispa, Directrice du CESI Nord-Ouest, puis par la présentation de la conférence, placée sous le signe du cinquantenaire du traité franco-allemand de 1963, dont on commémore cette année le cinquantenaire. Catherine Morin-Desailly, sénatrice de la Seine-Maritime et vice-présidente du Mouvement Européen, Bernard Deladerrière, président du Mouvement Européen de Seine Maritime et vice-président du Mouvement Européen France, et Jean-Marc Delagneau, président du Comité Normandie-Basse-Saxe.

Véronique Cayla rappelle tout d’abord que la chaîne ARTE a été créée en 1991 à la suite d’un sommet franco-allemand. Il s’agit d’un service public financé par les redevances française et allemande, dont le but est de diffuser des programmes culturels à dimension européenne.

Il s’agit d’une utopie, qui n’a pas à ce jour d’équivalent au monde, mais c’est une utopie réaliste, qui a bien réussi dès la première année.

La chaîne est organisée autour du pôle Arte-France, Arte-Allemagne et Arte-GEIE à Strasbourg. Elle a 182 millions de téléspectateurs potentiels à travers la diffusion directe ou par le satellite Astra sur toute l’Europe. 75 millions de personnes la regardent régulièrement. Sa part de marché est de 2% en France et 1% en Allemagne. Elle est aussi présente sur Internet, où elle est diffusée en direct, en replay (Arte+7) et sur des plateformes thématiques.  Les deux plateformes actuelles sont Arte Live Web

http://liveweb.arte.tv/

et Arte Creative

http://creative.arte.tv/fr/

Une troisième plateforme destinée à l’écologie est en préparation. Ces plateformes font partie d’un projet visant à construire une galaxie ARTE multiculturelle et multilingue, qui s’intègrera à la télévision connectée qui va se développer dans les années qui viennent. D’ores et déjà, la diffusion Internet augmente de 50% par an.

Les programmes sont à 85% européens, c’est pourquoi il n’y a pas de séries américaines sur la chaîne. Les documentaires forment 45% de la programmation.

Pour conclure, ARTE est une chaîne franco-allemande mais a une mission européenne.

Véronique CAYLA répond ensuite aux nombreuses questions de la salle.

La chaîne est-elle tentée par la publicité ?

Cela n’irait dans l’air du temps, qui est, en France comme en Allemagne, à la réduction de la publicité à la télévision. En Allemagne, on veut protéger la presse écrite et ses ressources publicitaires en limitant la publicité sur d’autres médias. La publicité est cependant possible sur Internet. Il faut cependant souligner que l’absence de publicité confère à la chaîne une grande indépendance vis-à-vis du monde de l’économie.

Il n’y a pas de théâtre sur Arte 

La littérature comme le théâtre posent des problèmes, car ils passent par le langage, et c’est difficile sur une chaîne bilingue. Une pièce allemande sous-titrée en prime time ne marchera pas. Arte laisse donc le théâtre à France Télévision.

Qu’en est-il du mécénat ?

Le mécénat est possible et Arte est en partenariat sur certains événements comme le Festival d’Aix en Provence.

Arte est-elle fédéraliste ?

Le capital est seulement franco-allemand, il serait dangereux aujourd’hui de toucher à ce socle pour l’élargir à d’autres participations financières. C’est par la culture que l’on pourra relancer la construction de l’Europe. Cela passe par la création d’un imaginaire européen, c’est-à-dire la production de fictions franco-allemandes, ce qui est difficile. Cela marche mieux sur les documentaires et l’histoire.

Faut-il augmenter l’audience ?

Les programmes ne sont pas conçus pour faire de l’audience, c’est la récompense, mais pas le but. La nouvelle grille depuis 1 an et demi a fait gagner 20% d’audience. La moyenne d’âge est de 58 ans à la télévision et 44 ans sur Internet. Il n’est pas question de faire des programmes ciblés sur les jeunes, qui risqueraient de faire partir les plus âgés sans pour autant récupérer les jeunes, qui regardent plutôt sur Internet. Arte ne s’inquiète pas de l’arrivée des nouvelles chaînes, qui sont souvent identiques et ont des contenus qui s’appauvrissent.

Pourquoi a-t-on attendu 1991 pour créer ARTE ?

François Mitterrand craignait qu’après la réunification , l’Allemagne se tourne vers l’Est, et il cherchait un point d’ancrage pour le couple franco-allemand, qui pouvait être la culture et donc cette chaîne franco-allemande.

Peut-on imaginer une collaboration avec le monde anglophone pour créer des fictions ?

Arte collabore pour les fictions avec les pays nordiques, comme la série danoise Borgen, qui marche très bien. Il serait facile de faire appel à la fiction américaine, mais Arte a une mission européenne. 85% des films diffusés par la chaîne sont des films art et essai.

Arte pourrait-elle créer des événements ?

Cela s’est déjà fait, avec les programmes d’été sur les années 60, des concours de chanteurs d’opéra, on prévoit un thème sur 24 heures de la vie des femmes dans le monde.

Quelle langue de travail ?

On pourra citer ce chiffre, 100% des journalistes allemands parlent français pour seulement 30% des journalistes français qui parlent allemand. Les échanges se font dans la langue maternelle de chacun, que comprend généralement l’interlocuteur, sans forcément pouvoir la parler.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :